dimanche 17 janvier 2010

Sporting 3-2 Nacional, 5 victoires au bout depuis le 19 décembre

16e journée Liga : Lorsque le joueur du Nacional, Ruben Micael (24e), ouvre la marque contre le cours du jeu, j'ai eut le sentiment d'une grande injustice - 1 tir = 1 but - et les mauvais souvenirs étaient là ! Pendant 1 minute ! Le temps que Miguel Veloso égalise - j'explose de joie - un Sporting comme je l'aime, celui qui sait se surpasser pour dépasser des situations injustes. Le nul à la mi-temps était flatteur pour l'autre 4e, celui qui est venu de Madère à Lisbonne pour jouer le contre, en espérant ratisser quelques points. Mais j'étais confiant, car une équipe qui sait réagir dans l'adversité ne peut et ne doit pas perdre. Ce que j'ignorais c'était la magie de l'imprévu.
25 jours après avoir été opéré du genou, Liedson, allait surprendre !
1ere surprise - il était présent sur la feuille de match
2e surprise - il est rentré à la 58e minute
3e surprise - il donne l'avantage aux Lions 2 minutes après
4e surprise - il double la marque 12 minutes plus tard
Quand Edgar Silva réduit la marque pour le Nacional à 6 minutes de la fin, les angoisses sont revenues, et le spectre du mauvais résultat à pointé son nez. Ce n'était qu'un mauvais rêve, le Sporting comme je l'aime est revenu parmi nous et cette nuit je vais dormir paisiblement, les cauchemars des derniers mois vont se transformer en rêves d'espoir, de beau jeu, de victoires... de titres.

2 commentaires:

Toni a dit…

Salut Coeur de Lion,
Je suis d'accord avec toi, quand les autres ont marqué, je me suis dit la galère recommence. Heureusement on a réagi aussitot et le but remettait un peu de justice au résultat. Après c'est clair que depuis le début d'année notre niveau de jeu s'est amélioré, il y a du mouvement, du jeu en passe, de l'envie de jouer vers l'avant, des latéraux qui montent et ça contraste avec l'ère Bento où trop souvent on tirait devant sans construire. Ensuite quand tu as un joueur de la trempe de Liedson c'est clair que ça fait la différence. Et la je me dis putain, si on avait pas fait ce début de championnat pourri, on aurait eut peut etre un mot à dire sur le titre car avec 12 points c'est mission impossible surtout quand on connait les cadeaux faits par les arbitres aux lampioes pour les aider à gagner meme si je ne nie pas leur qualité de jeu, mais bon des penalties imaginaires, des expulsions oubliées et autres il y en a eu beaucoup de coup de pouces. A+

Cœur de Lion a dit…

C'est clair, pour nous il ne suffit pas de bien jouer. La dualité de critères de la Liga Tuga est chronique depuis toujours et souvent au profit des mêmes. Je ne veux pas de l'aide des arbitres ni des instances politiques, je souhaite simplement que toutes les équipes soient sur le même pied d'égalité. Mais là je suis utopiste !