samedi 2 juillet 2016

Euro 2016 : Le Point.fr sur la Seleção

Encore beaucoup d'agitation sur les réseaux sociaux et dans la presse portugaise. Visiblement le Portugal dérange. Après les ignominies écrites par journal 20 minutes le dimanche 26 juin c'est autour de l'hebdomadaire Le Point de s’acharner sur l'équipe du Portugal.


La qualification de Cristiano Ronaldo et consorts pour le dernier carré de la compétition relève de l'injustice, puis du miracle. Démonstration.
Par Emmanuel Ammar
Publié le 01/07/2016 à 13:33 | Le Point.fr
Les dieux du foot sont farceurs ! Ils se sont bien payé notre tête en offrant au père Cristiano et à ses apôtres un ticket pour les demi-finales de la compétition. Car jamais dans cet Euro la Selecção n'a dominé ses adversaires lors des cinq rencontres qu'il lui a été donné de disputer. Des adversaires pourtant modestes, à l'exception de la Croatie en 8e de finale. D'ailleurs, le Portugal n'a jamais mené au score ou remporté le moindre match au terme des 90 minutes réglementaires.
La poule F dont avaient hérité les Lusitaniens était « l'anti-groupe-de-la-mort ». Elle aurait dû garantir aux joueurs de Fernando Santos 9 points facilement glanés et une première place incontestable. Il n'en fut rien. Certes, la ritournelle est connue : « Il n'y a pas de petite équipe dans ces compétitions. » Mais on doit à la vérité de dire que l'Islande, l'Autriche et la Hongrie étaient des adversaires objectivement inférieurs au Portugal. Et c'est bien lui qui a déjoué, non ceux-là qui ont bien joué. Le parcours fabuleux de l'Islande et la pugnacité de la Hongrie ne font pas d'elles de grandes nations de football.
Zéro victoire en poule
Quand la lucidité succédera à l'ivresse de la qualification, les supporteurs portugais se demanderont par quel miracle leur équipe se retrouve dans le dernier carré du tournoi, réalisant qu'elle n'a pas aligné la moindre victoire en phase de groupes contre un trio d'adversaires très abordables, pas plus qu'elle n'a remporté de rencontre dans le temps réglementaire en phase finale jusqu'à maintenant.
La performance du Portugal lors des poules fut simplement et littéralement nulle, comme ses résultats : 1-1 face à l'Islande, 0-0 contre l'Autriche et 3-3, trois ridicules
points et une piteuse 3e place, ce qui n'empêcha pas Cristiano Ronaldo de fustiger la « petite mentalité » de l'Islande. La drôlerie du système de qualification pour les huitièmes repêchant les 4 supposés « meilleurs troisièmes » des groupes fut une chance inespérée pour les petits camarades de Cristiano Ronaldo de franchir la première étape de la compétition. Une injustice lorsqu'on songe que la Turquie avait dans le même temps réussi à s'imposer au moins une fois – 2-0 contre la République tchèque – dans une poule autrement plus relevée, constituée de la Croatie et de l'Espagne. À la faveur d'une meilleure différence de buts, mais sans la moindre victoire, le Portugal a privé la Turquie de ce qui aurait dû lui revenir de droit.
Nuls avant et après
Mais on pouvait espérer un sursaut et une remise en question. Erreur ! Ils ont attaqué leur huitième de finale contre la Croatie avec la même frilosité et la même mesquinerie, nous livrant au passage un spectacle mortellement ennuyeux. La Selecção a subi le jeu et les assauts croates pendant 117 minutes jusqu'à ce but de Ricardo Quaresma d'une cruauté sans nom. C'est ainsi que les hommes de Fernando Santos éliminaient l'équipe la plus séduisante et la plus télégénique de cet Euro.
En quart de finale, la Pologne emmenée par Robert Lewandowski refroidit d'entrée de jeu les ardeurs lusitaniennes. On se dit alors que la farce est terminée. Pas du tout. Seul un exploit du jeune Renato Sanches relance le suspense jusqu'à cette séance de tirs au but, 90 minutes plus tard. Et là, il faut admettre que les Portugais savent y faire. Quand il n'y a pas un Ricardo dans les cages, le fidèle Rui PatrÍcio reprend la charge de son prédécesseur en arrêtant un tir au but, celui du malheureux Jakub Blaszczykowski. Le même Quaresma qui crucifiait la Croatie lors du match précédent transforme le tir au but de la qualification. Le Portugal est en demi-finale. Un miracle qui doit (enfin) l'inciter à la modestie.

NDLR : 
Le Portugal, les joueurs portugais et la communauté lusophone en France, sauront répondre le moment venu.

5 commentaires:

Toni a dit…

La qualité de l'article tient dans la précision du journaliste. En effet le Portugal n'a jamais mené au score...à si lors du premier match contre l'Islande...c'est con. Le Portugal n'a jamais dominé ses adversaires....à si contre l'Autriche où on a mis 2 poteaux et raté un penalty mais apparemment c'est pas suffisant...Le Portugal a été l'équipe qui a le plus tiré en phase de groupe mais bon c'est pas assez pour satisfaire ce specialiste qui en plus de raconter des âneries, il donne de fausses infos.

Pierre a dit…

Moi je suis belge. On a été éliminé par le Pays de Galles qui est certes moins "doué" que nous mais qui a eu plus de cœur et de détermination. Je pense donc que chaque équipe qui arrive dans le dernier carré mérite sa place. :-)

manuxico74 a dit…

Pas étonnant. Il y a toujours une forme de dédain, de sentiment de supériorité de la part des français par rapport à nous et pas forcément méchamment: on est les gentils étrangers qui travaillent bien et qui ont des traditions pittoresques (!!!).
Et si en plus ça vient d'un journal de BOBOS, alors ...

Anonyme a dit…

Il y a un excellent papier de Sonia Carneiro dans ce journal. A voir sur Le point.fr

CdL a dit…

C'est un avis que je partage.